entreprise-sociale-Dany-Fournier

Qu’est-ce que l’entrepreneuriat social ?

L’entrepreneuriat social consiste à reconnaître les problèmes sociaux et à mettre en place des solutions pour les résoudre en utilisant des principes, des processus et des opérations par le moyen d’une entreprise. Selon Dany Fournier, PDG de Strike Management, il s’agit de faire des recherches pour identifier un problème social particulier, puis d’organiser, de créer et de gérer une entreprise sociale pour atteindre l’objectif souhaité. La solution apportée peut ou non éliminer complètement un problème social. Il peut s’agir d’un processus continu axé sur l’amélioration permanente de la situation existante.

L’entreprise sociale comme un engagement moral

Alors qu’un esprit d’entreprise classique signifie prendre l’initiative pour créer une nouvelle entreprise ou de développer une activité existante, l’entrepreneuriat social se concentre principalement sur la création de valeur sociale sans mesurer la performance en termes de profit ou de rendement. Les acteurs dans le cas de l’entrepreneuriat social sont associés à des organisations et des secteurs sans but lucratif. Sans pour autant «écarter la possibilité de faire du profit. Après tout, les entrepreneurs ont besoin de ressources financières pour poursuivre le processus et apporter une grande valeur à la société.
Pour Dany Fournier, l’entrepreneuriat social peut traiter les problèmes liés à l’environnement (traitement des déchets), la lutte pour les droits de l’enfant ou la liberté des femmes. Les entrepreneurs sociaux peuvent s’associer à des organisations à but non lucratif et non gouvernementales pour collecter des fonds par le biais d’événements et d’activités culturelles ou sportives.

Des exemples d’entrepreneurs sociaux reconnus

domaine de l'entrepreunariat social

Actuellement, il existe plusieurs entrepreneurs sociaux très inspirants qui ont beaucoup contribué à leur société. Le fondateur et directeur de la Grameen Bank, Muhammad Yunus est un entrepreneur social très actif aujourd’hui et qui a reçu le prix Nobel de la paix pour son travail en 2006. Son entreprise a connu une croissance continue et a profité à une grande reconnaissance de la société.
Rang De est un autre exemple brillant d’une entreprise sociale à but non lucratif. Créée en 2008 par Ramakrishna et Smita Ram, c’est une plate-forme en ligne à partir de laquelle les habitants pauvres en Inde peuvent accéder aux microcrédits avec un taux d’intérêt aussi bas. Le concept est que les prêteurs de partout dans le pays peuvent directement prêter de l’argent aux emprunteurs, suivre les projets réalisés et recevoir des paiements réguliers en ligne.
D’autres entreprises sociales et solidaires travaillent dans des programmes d’émancipation des femmes partout dans le monde en leur offrant une éducation, une formation professionnelle, une initiation à la création de coopératives. En utilisant les principes de l’entrepreneuriat social, ces organisations s’attaquent aux problèmes sociaux et apportent un changement positif dans la société.

Un domaine en pleine croissance

Dany Fournier considère que le domaine de l’entrepreneuriat social se développe rapidement et attire l’attention de nombreux bénévoles. Il est maintenant devenu un concept très connu dans les campus universitaires. La raison de la popularité croissante de l’entrepreneuriat social est que l’individu veuille apporter une contribution à leur communauté mais aussi aux personnes qui sont vraiment dans le besoin. Les entrepreneurs sociaux sont des hommes et des femmes extraordinaires qui mettent leurs idées brillantes aux services des autres et apportent un grand changement dans la vie des gens.

La réalité de l’entrepreneuriat social en France

En France, on compte aujourd’hui 215 000 établissements qui relèvent de l’économie sociale et solidaire et qui travaillent de cette façon. Ils mettent leur activité économique, leurs compétences technologiques, financières, et leurs compétences humaines surtout, au service des besoins sociaux.
Un mouvement des entrepreneurs sociaux a même était créé en 2010, c’est un mouvement qui fédère aujourd’hui 400 dirigeantes et dirigeants d’entreprises sociales. Des dirigeants qui sont à la tête d’entreprises d’insertion, de coopératives, d’associations, de SARL, mais aussi de start-up sociales qui partagent l’ambition de placer l’efficacité économique, un modèle économique viable, au service de l’intérêt général.
Selon Dany Fournier, ce mouvement a trois missions aujourd’hui. La première c’est d’animer un réseau d’entrepreneurs sociaux partout en France. Faire en sorte que ces entrepreneurs se rencontrent, échangent, s’entraident pour faire grandir ensemble leurs entreprises sociales. La deuxième mission du mouvement c’est une mission de communication, c’est-à-dire faire connaître le modèle de l’entreprise sociale auprès des pouvoirs publics, auprès des acteurs de l’économie, auprès des acteurs académiques et surtout auprès d’une nouvelle génération.
La troisième mission, c’est une mission de plaidoyer, de lobby, au niveau local, auprès des collectivités, des régions, au niveau de l’état. Et puis au niveau Européen aussi parce que des entreprises sociales, il y en a partout en Europe pour faire en sorte qu’il y ait un environnement plus favorable à l’émergence et au développement de ce type d’entreprises.
L’entrepreneuriat social est une réponse durable à une crise multidimensionnelle. Une crise économique, une crise écologique, sociale et morale. Les entreprises sociales sont positionnées sur le secteur d’intérêt général, et répondent aux besoins fondamentaux des populations : bien se nourrir, bien se loger, bien se soigner, lutter contre les exclusions, prendre soin de l’environnement…etc.

Leave a Reply