Pourquoi les grands PDG américains vendent en masse leurs actions en Bourse

En novembre 2021, les plus grands dirigeants d’entreprises aux Etats-Unis ont vendu plus de 63 milliards de dollars de leurs actions boursières. Une vente massive que les experts financiers expliquent par l’augmentation des impôts pour les personnes les plus riches. L’ensemble des experts sont du même avis tout comme Alex Trading à ce sujet.

Du jamais vu de l’histoire américaine !

L’univers financier s’est réveillé en novembre 2021 sur une vente massive des actions boursières des plus grands patrons américains. L’indice boursier S&P500, dédié aux 500 plus grandes entreprises américaines, a en effet vu la vente d’actions d’une valeur de 63,5 milliards de dollars, selon le magazine Wall Street Journal.

Pour plusieurs experts, il s’agit d’une première dans l’histoire des marchés financiers américains ! Un phénomène imprévu, qui peut avoir des répercussions économiques s’il venait à s’accentuer. En réaction à cette vente, Daniel Taylor, professeur de comptabilité à l’université de Pennsylvanie a déclaré : « Ce qui se passe en ce moment est sans précédent ». Alex Baradez, responsable de l’analyse marchée pour le cabinet de conseil financier IG France a quant à lui précisé : « Les PDG vendent habituellement plus d’actions en fin d’année, mais pas à de tels niveaux ».

 La “taxophobie” des patrons d’entreprises ?

Pour beaucoup, la vente des actions des patrons américains résulte de leur crainte de la mise en application d’une réforme fiscale, dès 2022. Cette réforme vise à taxer les gains en capital non-réalisés. Cette mesure fut proposée par l’administration Biden, afin que les milliardaires soient davantage imposés, notamment par les actions qu’ils possèdent. Mr Daniel Taylor a donné une interview au Washington Post dans laquelle il a expliqué : « les très riches contribuables peuvent ainsi espérer économiser jusqu’à 8 millions de dollars en impôt chaque fois qu’ils vendent pour 100 millions de dollars d’actions avant l’entrée en vigueur de la réforme fiscale ».

Laisser un commentaire