transport-routier

Transport routier : des inégalités sont toujours présentes

Le ministère de la Transition écologique a récemment réalisé une étude baptisée « Les femmes salariées dans le secteur des transports et de l’entreposage : regards sur l’égalité professionnelle ». Cette enquête a révélé que la gente féminine occupe très peu de place dans le secteur de la logistique et des transports. Quelles sont les raisons de cette inégalité ? Voici l’avis de Vir transport à ce sujet.

Des métiers différents

Le rapport du ministère de la Transition écologique annonce qu’en 2019, les femmes occupaient 27,1% des postes dans le transport et la logistique, contre 48,9% dans le secteur tertiaire dans sa globalité et 46,7% dans le secteur privé. Un pourcentage qui reste très faible et qui s’est stabilisé depuis 2018.  L’étude indique également que : « Dans les activités de poste et de courrier, plus de la moitié des salariés sont des femmes, tandis que le transport de marchandises n’emploie que 12,8 % de personnel féminin ».

L’autre fait marquant est que les hommes et les femmes de ce secteur n’exercent pas les mêmes métiers. En effet, le document ministériel indique que : « Alors que 45 % des hommes sont chauffeurs, les métiers exercés par les femmes sont moins concentrés autour de la conduite (17 %) et davantage orientés vers des emplois administratifs ».

Les femmes interrogées sont 16% à occuper des postes de cadres, contre seulement 11% chez les hommes. Un pourcentage qui diffère de celui constaté dans le secteur privé, où 17% des femmes sont cadres, et 24% sont des hommes.

Des divergences salariales

Comme c’est le cas dans d’autres secteurs d’activité, les femmes qui travaillent dans le secteur du transport et de la logistique sont moins bien payées que leurs homologues de la gente masculine. Par exemple, le salaire d’une femme travaillant à temps plein dans ce domaine était d’une moyenne de 2 175 euros nets par mois en 2018. En cette même année, les hommes percevait un salaire supérieur de 3,8%, soit environ 2 261 euros par mois. Cet écart est nettement moins important que dans le secteur privé, où il avoisine les 16,8% entre les employés des deux sexes.

Certes, depuis 2011 nous constatons que cet écart salarial se réduit petit à petit. Néanmoins, la présence de femmes percevant de très bons salaires n’est toujours pas palpable. L’étude précise que « En 2018, elles ne représentent que 17 % des 1 % des salariés les mieux rémunérés du secteur des transports contre 19,5 % dans l’ensemble du secteur privé ».

Comment peut-on expliquer ces écarts dans le secteur du transport et de la logistique ?

Pour beaucoup, il s’agit plus d’un phénomène social et culturel. En effet, les métiers du transport et de la logistique sont sujets à plusieurs clichés. Parmi ces clichés nous retrouvons le fait que ses métiers sont plus réservés aux hommes qu’aux femmes. Cette image, qui est totalement fausse, a depuis longtemps façonné la manière dont hommes et femmes perçoivent les fonctions de logistique et transport, d’où la faible présence féminine.

Laisser un commentaire