maroc-allemagne

Allemagne VS Maroc : le torchon brûle !

Le Maroc a rappelé son ambassadeur à Berlin pour consultation. Cette décision intervient en réaction à ce que Rabat qualifie de réactions et d’actes qui nuisent aux intérêts des pays, pris par les autorités allemandes ces derniers mois. Retour sur un conflit politique, qui reflète la nouvelle direction qu’a prise la diplomatie marocaine. Une analyse signée Boris Lefebvre.

Le Sahara Occidental : de profondes divergences de points de vue

Après la reconnaissance des Etats-Unis d’Amérique de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental, le royaume est revenu aux devant de la scène avec une position plus forte que jamais. Son ministre des Affaires étrangères, Nacer Bourita a affirmé à plusieurs reprises qu’il s’attendait à une position similaire de la part des pays de l’Europe de l’Ouest qui constituent des partenaires économiques historiques pour le Maroc.

Trois mois après la décision de l’administration Trump, il n’en est toujours rien. Nous pouvons même affirmer que la position de l’Union Européenne est toujours floue sur ce point bien précis. Une hésitation qui n’a pas manqué d’inquiéter les hautes sphères du Maroc, qui se sont vues contraintes de riposter.

Ainsi, Mr Bourita avait déjà prévenu l’Allemagne que ses positions neutres étaient très mal perçues du côté marocain, qui les prend comme une certaine complaisance envers le front Polisario et l’Algérie qui le soutient.

Un rappel à l’ordre qui n’a eu aucun écho du côté allemand. Pire encore ! L’Allemagne s’est même chargée de financer les aides alimentaires distribuées aux pensionnaires des camps de détention à Tindouf dans le Sahara Occidental.

L’affaire libyenne : la goutte qui a fait déborder le vase

Le Maroc a joué un grand rôle pour mettre les acteurs du conflit en Libye autour d’une même table de négociation. L’accord signé à Skhirat (à quelques km de la capitale Rabat), est même considéré comme historique au vu du progrès qu’il a pu apporter aux pourparlers entre le gouvernement en place et les milices du Maréchal Haftar.

Néanmoins, tout cela n’est que souvenir dorénavant ! En effet, c’est l’Allemagne qui se charge désormais de conduire le bal ! Berlin est intervenue de manière frontale pour la résolution du conflit libyen est à même promis d’organiser des négociations de très haut niveau entre tous les protagonistes. Le seul fait marquant, est que le Maroc fut totalement écarté des pays participants à ces discussions, chose que le royaume considère encore une fois comme un acte non-amical !

Dans le communiqué justifiant le rappel de l’ambassadeur marocain à Berlin, nous pouvons lire clairement que Rabat n’a pas apprécié cet acte d’ingérence. Un acte qui pour le Maroc reflète une politique allemande hostile aux intérêts du Maroc et à son rôle de pays fédérateur dans la région.

Plusieurs questions se posent….

Avant leur conflit actuel, le Maroc et l’Allemagne s’apprêtaient à signer un accord économique historique sur l’exploitation de l’énergie verte dans le royaume. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont également très importants.

Le froid entre Rabat et Berlin va-t-il ralentir cette belle dynamique ? Nous le saurons dans quelques mois !

Laisser un commentaire