absentéisme en entreprise

Comment gérer l’absentéisme en entreprise ?

Dire que la performance d’une entreprise se mesure à sa capacité à mobiliser ses collaborateurs est un doux euphémisme. Mais le fait est que de plus en plus d’entreprises font face à une problématique qui menace cette performance : l’absentéisme, sous toutes ses formes. Pour la résoudre, tout repose sur les épaules des RH, qui doivent trouver les réponses adéquates. Le point sur le sujet avec Dan Bloch.

Qu’est-ce que l’absentéisme en entreprise ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’absentéisme en entreprise ne se résume pas aux absences injustifiées, il inclut également les arrêts maladies, les accidents de travail ou encore les congés. Souvent, l’absentéisme est lié à la qualité des conditions de travail, ou plutôt à leur qualité insuffisante (mauvaise organisation, pénibilité des conditions de travail, stress, mauvais climat social…). Il peut aussi être exclusif à une catégorie spécifique des salariés de l’entreprise : les collaborateurs âgés, les salariés appartenant à un département particulier…

Analyser pour résoudre le problème

Avant de prétendre régler le problème de l’absentéisme en entreprise, il faut d’abord le quantifier. En effet, il est essentiel de l’évaluer pour en identifier les causes et en déterminer la fréquence et la durée sur une période donnée. Pour y arriver, les RH se basent sur le fichier du personnel contenant les informations de base qui permettent de faire différents croisements. Le but est d’arriver à mettre en place un tableau de suivi de l’absentéisme qui ventile les absences par type, par service, par fonction et par durée. Il peut certes être complexe d’analyser ces chiffres, mais cela permet de connaître le type d’absentéisme qui sévit dans l’entreprise pour pouvoir lui trouver des solutions efficaces.

Comment faire baisser l’absentéisme ?

Entretien de retour, primes d’assiduité, contre-visites médicales… Il existe divers moyens d’action qui peuvent permettre à une entreprise de lutter efficacement contre l’absentéisme. Par exemple, l’entretien de retour d’absence permet à l’employeur d’avoir plus d’informations sur les problèmes éventuels liés aux conditions de travail du salarié. La prime d’assiduité, quant à elle, constitue une réelle incitation à la présence au travail qui peut motiver le salarié à être plus assidu.

Laisser un commentaire