La grande vague de Kanagawa

La grande vague de Kanagawa

Œuvre révolutionnaire ayant marqué l’histoire du Japon et par extension celle de l’Asie, la Grande Vague de Kanagawa est une création artistique prodigieuse née de la conjugaison des doigts de fée de Katsushika Hokusai, peintre japonais notamment. Découvrons l’histoire unique d’une toile qui a bouleversé les codes sociaux et a su traverser les époques et demeurer dans les annales !

Kanagawa : les origines

La Grande Vague de Kanagawa renvoie à une estampe japonaise du peintre japonais Hokusai. La publication de cette œuvre demeure mystérieuse en ce sens que l’on ne peut déterminer sa publication officielle. Certains affirment que l’effigie aurait été publiée en 1830 et d’autres répertorient sa publication en 1831. Toutefois, cette estampe a été publiée durant l’époque d’Edo.

La Vague de Kanagawa est une œuvre artistique réalisée avec brio par l’artiste de renom Katsushika Hokusai (31 octobre 1760-10 mai 1849). Pour la réalisation de la toile, il recourut aux techniques habituelles de l’ukiyo-e. Il était le responsable des aspects artistiques, du dessin et du choix des couleurs. Toutefois, il est à noter que La Grande Vague n’est pas l’œuvre d’un seul grand esprit. La réalisation de l’estampe résulte d’un long processus ayant réuni plusieurs grands noms du domaine artistique.

La Grande Vague : une œuvre historique et symbolique

Œuvre la plus emblématique de l’artiste Hokusai et la première de sa série Trente-six vues du mont Fuji, La Grande Vague est l’une des œuvres ayant parue durant l’époque d’Edo dans les années 1830. Kanagawa, majoritairement connue comme La Grande Vague, marque un avant et un après dans l’histoire artistique du Japon. Les estampes apparaissent au Japon dès le XIIIème siècle et s’articulent principalement autour de la religion. À partir du milieu du XVIIème siècle, elles seront basées sur des sujets profanes. Dites également dans le jargon japonais comme ukiyo-e (une estampe imprimée sur papier à l’aide de reproductions sur bois réalisées par un graveur expérimenté d’après l’œuvre de l’artiste), les estampes, elles se révèlent innovantes en ce sens que la technique de gravure sur le bois offre un avantage considérable : elle permet une diffusion beaucoup plus large des œuvres qu’avec une peinture dont le principal handicap était l’unicité de l’œuvre d’art.

 

Kanagawa : une toile avant-gardiste

La Grande Vague de Kanagawa révolutionne la strate sociale japonaise en ce sens que les estampes profanes, à partir du XVIIᵉ siècle, soutiennent la naissance d’une classe sociale. Il s’agit de la bourgeoisie marchande urbaine aisée qui surgit en pleine époque d’Edo. La Grande Vague de Kanagawa figure au rang des estampes de brocart. En effet, chaque partie en couleur est obtenue en appliquant une planche de bois particulière.

Katsushika Hokusai ou l’histoire d’une estampe virtuose et intemporelle

L’œuvre allégorique d’Hokusai demeure intemporelle et très conservée. En effet, de nombreux exemplaires de l’œuvre sont conservés dans plusieurs musées dans le monde. Évoquons le musée Guimet à Paris, le Metropolitan Museum of Art de New York, le British Museum à Londres ou encore la Bibliothèque Nationale de France.

Laisser un commentaire