Continent dechet

Le 7e continent, un continent de déchets

Life ONG a entre autres missions de tout faire pour préserver notre environnement. Plusieurs programmes sont ainsi mis en œuvre afin de sensibiliser chaque acteur à cette problématique, notamment par la reforestation. L’association  Life ONG nous donne son avis et nous parle aujourd’hui d’un phénomène qui est une réelle urgence environnementale : le 7e continent.

Des déchets de plastique grands comme 6 fois la France

Avez-vous déjà entendu parler d’un 7e continent ? Pas besoin de ressortir vos livres de géographie, ce continent est apparu au fil des années, et se compose de déchets en plastique. Il faut en effet savoir que plus de 1 800 milliards de déchets polluent les mers et les océans, s’agglutinant jusqu’à former en plein Pacifique, entre Hawaï et la Californie, une immense masse, un « continent » de déchets. Une étude réalisée en 2018 a ainsi dévoilé la taille de ce mastodonte, qui serait grand comme 6 fois la France, sur environ 3,5 million de m² ! Découvert en 1977 par Charles Moore, le 7e continent ne cesse de croître.

Les chercheurs estiment que ces déchets agglomérés représenteraient environ 80 tonnes s’ils devaient être ramassés… Des chiffres alarmants, encore plus que les prévisions estimées avant les recherches.

Comment s’est constitué ce continent de plastique ?

Mais comment ces déchets ont-ils pu se retrouver entassés dans cette région du monde ? Les courants du Pacifique nord accumulent depuis de nombreuses années des déchets issus des fleuves et des côtes. Ces courants, qui tournent dans le sens des aiguilles d’une montre comme nous l’explique Life ONG, créent une sorte de vortex ou de spirale qui font tourbillonner les déchets. La force des courants ramènent alors petit à petit les déchets vers le centre de cette zone.

Il est à noter que ce 7e continent (surnommé « Great Pacific Garbage Patch » ou « grande poubelle du Pacifique ») n’est pas visible sur les photos prises par les satellites, du fait que les déchets se trouvent juste sous la surface de l’eau. Ils sont par contre bien visibles depuis les bateaux.

Une terrible menace écologique

Il est désormais connu que le plastique se dégrade extrêmement lentement. Mais il faut souligner qu’avec l’oxydation et l’abrasion dues à l’eau de mer, ainsi qu’avec le rayonnement solaire, le plastique tend à se dégrader jusqu’à se réduire à de petits morceaux de moins de 5 millimètres. Et ces petits résidus se retrouvent envahis par de nombreuses toxines, de véritables polluants.

Ce 7e continent représente ainsi une terrible menace pour l’écosystème marin : les prédateurs, comme les mammifères marins, les tortues ou encore les oiseaux de mer, confondent bien souvent les sacs avec de potentielles proies, et se retrouvent asphyxiés. Les petits résidus de plastique évoqués précédemment sont quant à eux un risque d’intoxication pour la faune marine, avec un impact néfaste sur leur santé, et par ricochet, également sur celle de l’Homme…

Il est désormais urgent d’endiguer cette zone de déchet, mais les actions sont encore timides : les déchets se trouvent hors des eaux nationales, il n’y a donc pas de « responsabilité » à proprement parler, si ce n’est une question d’engagement et de conscience.

Laisser un commentaire