Le Senegal amorce sa transition energetique

Le Sénégal amorce sa transition énergétique

La transition énergétique est un sujet au cœur de l’actualité dans le monde entier. Le Sénégal ne déroge pas à la règle et un ambitieux projet vient d’être annoncé : l’entreprise GreenYellow, qui est spécialisée dans la production solaire photovoltaïque, va réaliser la plus grande centrale solaire du Sénégal, et ce, sur le mode de l’autoconsommation. Une initiative saluée par les professionnels du secteur, à l’image d’Open Energie. Plus d’éléments dans cet article.

Une nouvelle centrale solaire photovoltaïque proposée en autoconsommation

GreeYellow va donc concevoir et installer une nouvelle centrale solaire en autoconsommation au Sénégal pour le compte d’une société d’agroalimentaire, Senico.

Cette centrale, installée sur l’autoroute entre Dakar et l’Aéroport International Blaise Diagne à Diamniadio, va avoir une capacité de 1,56 MWc. La société Senico a en effet pour objectif d’amorcer sa transition énergétique et ainsi atteindre ses résultats en matière environnementale.

GreenYellow confirme avec ce projet la volonté de l’Afrique de se tourner vers des énergies propres et vertes. En outre, ce professionnel du marché solaire photovoltaïque a annoncé de futurs projets d’extension de cette nouvelle centrale pour aller encore plus loin.

L’Afrique se met aux énergies renouvelables

Ce projet au Sénégal appuie le nouveau virage amorcé sur le continent africain en matière d’énergie renouvelable.

On peut en effet rappeler que le Maroc s’est équipé d’une immense centrale solaire, Noor, ainsi que d’extensions 2 et 3. Après ce projet pharaonique, c’est la région de Souss-Massa qui a engagé son virage vers le marché du solaire. En effet, la région construit depuis 2014 de nouvelles infrastructures afin d’atteindre ses objectifs, à savoir diminuer d’ici 2030 de 75 % les émissions de gaz à effets de serre. Mohammed Cherki, économiste et spécialiste des énergies renouvelables, explique : « À l’horizon 2030, le pays devrait produire 2 000 MW d’électricité solaire, 200 MW d’éolien, 2 000 W d’hydraulique. De quoi couvrir les besoins énergétiques du pays à hauteur de 52 %. La région souhaite produire de l’énergie pour l’éclairage public, avec des lampadaires photovoltaïques à LED, expérience qui, si elle est concluante, sera élargie à tout le pays ».

Il faut dire que la région de Souss-Moussa est particulièrement propice à l’énergie solaire avec ses 300 jours d’ensoleillement par an mais aussi avec le vent venant des côtes de la région d’Agadir et des montagnes. Ainsi, une centrale hybride, qui combine le solaire thermique à compression et le photovoltaïque, est en projet à Midelt. En outre, une nouvelle Station de transfert d’énergie par pompage a été installée au barrage Abdelmoumen.

Cette région de Souss-Moussa a d’ailleurs été citée en exemple par l’association Climate Chance dans son bilan 2020.

Ces projets montrent très clairement la volonté du continent africain à adopter de nouvelles solutions en matière énergétique. Face au succès rencontré par ces innovations, nul doute que d’autres pays du continent viendront également amorcer leur transition énergétique en proposant des solutions portées sur l’autoconsommation et le photovoltaïque.

Laisser un commentaire