Les armes de guerre utilisées dans la Grèce antique

Les premières armées de la Grèce antique se composaient de fantassins issus de familles pauvres. Ils ne se sont battus qu’avec des lances et des pierres, parce que seuls les riches pouvaient se permettre des chevaux et de meilleures armes. Pourtant, avec le temps, la guerre est devenue plus fréquente : des batailles dans les terrains ouverts à celles dans les villes fortifiées. Ainsi, pour affronter les différents ennemis, il a fallu développer des stratégies de guerre et mieux équiper les soldats pour les batailles. Et, le facteur le plus déterminant au combat était l’armature. Le point sur les armes de guerre utilisées dans la Grèce antique avec Helmi Boutros.

La lance, une arme très répandue à l’époque

La lance était une arme essentielle pour les guerriers de la Grèce antique. Celle-ci mesurait environ 2 à 2,5 mètres de long et était souvent constituée de tiges en bois, de têtes de fer et de crosse en bronze. La partie en bronze située à l’autre extrémité était souvent utilisée pour les cas où la tête de fer se casse. En plus de la lance, les guerriers grecs utilisaient également des épées pendant les batailles.

La plupart de leurs épées avaient des tranchants doubles et étaient efficaces pour poignarder et trancher. Malgré cela, les épées étaient secondaires par rapport à la lance. En effet, les épées n’étaient utilisées qu’après avoir perdu la lance ou lorsque celle-ci se brise.

La lance était une pièce solide et efficace utilisée pour la poussée lors de combats en tête-à-tête. Sinon, elle était aussi utilisée comme une arme de lancer dans les batailles. Dans la Grèce antique, la préparation de la lance nécessitait l’utilisation d’un Ankyle, une lanière de cuir attachée à la tige de la celle-ci.

Le Xiphos, une arme petite mais mortelle

Les guerriers spartiates transportaient aussi des Xiphos. C’était une épée courte qu’ils utilisaient comme arme auxiliaire lorsque la lance se cassait ou si un ennemi la prenait. C’est une pièce à courte portée qui comportait parfois une nervure médiane. Les Spartiates portaient le Xiphos en le suspendant à un baldaquin sous le bras gauche.

Pour les guerriers grecs, la lame des Xiphos avait souvent une longueur de 30 à 45 cm. Sa section transversale était souvent lenticulaire.

Le Xiphos avait une conception en forme de feuille qui était efficace à la fois pour l’attaque et la défense. Son design existe depuis l’ère des premières épées. Cette arme plus courte s’est avérée mortelle lors des combats rapprochés en raison de sa meilleure tenue entre les phalanges. Grâce à elle, les guerriers pouvaient se frayer un chemin à travers les formations des soldats ennemis. C’était avantageux, car il n’y avait pas de place pour les armes longues. Pour progresser, les Spartiates ciblaient souvent la gorge et l’aine de leurs adversaires à l’aide de cette arme.

Laisser un commentaire