Location

Propriétaire : que choisir entre la location meublée ou vide ?

Vous êtes propriétaire d’une maison ou d’un appartement que vous souhaitez louer ? Il serait intéressant de vous poser certaines questions, dont celle de proposer une formule de location vide ou meublée. Chacune de ces deux formules a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Il vous reviendra donc de faire un choix éclairé. Le point sur le sujet avec l’agence Directe Location située à Talence.

Location vide : les conditions

La législation fixe la durée minimale de bail d’une location vide à 3 ans. En cas de rupture du bail à la demande du bailleur, il faudra accorder un préavis de 6 mois avant l’échéance. De plus, le bailleur devra avancer une raison claire et valable qui justifie la demande de départ du locataire. Cela dit, cette demande peut être motivée par plusieurs raisons. Parmi celles-ci, citons par exemple la volonté du propriétaire d’habiter lui-même dans le logement, son souhait de le proposer à un membre de sa famille, ou tout simplement de le vendre. Notons que ces trois raisons sont parfaitement acceptables. Rappelons en revanche que, si la rupture du bail est à l’initiative du locataire, ce dernier doit faire un préavis de 1 à 3 mois

Quid des conditions d’une location meublée ?

A la différence de la location vide, la durée minimale du bail de location meublée est de 1 an. Elle peut cependant être ramenée à 9 mois si le locataire est un étudiant. Concernant la rupture dudit bail, quand elle est à l’initiative du propriétaire, elle doit être assortie d’n préavis de 3 mois avant les échéances. En revanche, si la demande de rupture du bail est à la demande du locataire, elle soit être accompagnée d’un préavis de 1 mois.

Location meublée : une fiscalité plus favorable

Lorsqu’il s’agit de location meublée, les propriétaires-bailleurs optent majoritairement pour le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Quand ils choisissent le régime forfaitaire, les propriétaires-bailleurs sont imposés sur la moitié de leurs loyers. Avec le régime réel, ils déduisent les charges comme les travaux ou les intérêts d’emprunts de leurs recettes locatives. Ils peuvent ainsi pratiquer des amortissements en déduisant des loyers une partie du prix des différents éléments du logement (amortissement par composant des murs, de la façade, des éléments d’équipement…) au moment de les déclarer au fisc. Concrètement, en déduisant les dépenses des recettes, ces dernières baissent. En d’autres termes, il s’agit d’un mécanisme qui réduit la base imposable, et donc l’imposition.

En ce qui concerne la location vide, les propriétaires ont le choix entre le régime forfaitaire et le régime réel. Les loyers sont imposés dans la catégorie des revenus fonciers, si le propriétaire opte pour le régime forfaitaire, ou micro-foncier. Il bénéficie ainsi d’un abattement de 30% sur ses revenus locatifs. Concrètement, le fisc n’intègre que 70% des loyers encaissés dans le calcul de l’imposition du propriétaire-bailleur concerné. En régime réel, le propriétaire déduit les charges, et seul le bénéfice dégagé est imposable. Si ce dernier crée un déficit foncier, il viendra s’imputer sur ses revenus globaux, dans la limite d’un plafond de 10 700 euros par an.

Laisser un commentaire