Manager de transition : compétences et qualifications

Le management de transition est un moteur d’efficience et d’efficacité. En effet, à chaque fois qu’une entreprise est confrontée à de nouveaux défis : une crise, pression de croissance, restructuration, succession d’entreprise, transfert de propriété, gestion du changement ou création de nouveaux domaines d’activité, l’intervention d’un manager de transition s’impose. 

Le manager de transition est libre, indépendant et neutre vis-à-vis de la nouvelle société. Cela lui permet d’avoir une vision indépendante de la tâche. Il est disponible, travaille à temps plein ou à temps partiel pour le projet et n’occupe le poste de leader que pour la période convenue. Selon la tâche, il démarre seul ou en équipe. Le cas échéant, il complète son savoir-faire avec d’autres consultants de son réseau.

Un manager de transition atteint des résultats tangibles dès les premiers jours de son intervention et combine efficacité avec transparence financière. Le fait est que les coûts sont clairement définis avec le taux journalier préalablement convenu. Par ailleurs, pour les projets ayant des résultats mesurables à court terme, les taux quotidiens sont axés sur les succès réalisés. Jean Marc Plutau, expert en management de transition, vous explique en quoi consiste ce métier. Plus de détails dans la suite de cet article.

Quels sont les avantages du management de transition ?

Selon Jean Marc Plutau, le plus grand avantage du management de transition est l’objectivité. De l’extérieur, le manager de transition peut juger certains projets et situations de manière beaucoup plus impartiale. Cela crée la possibilité de réagir objectivement aux structures établies. De plus, il n’est jamais personnellement ou émotionnellement impliqué. 

L’aspect financier présente également des avantages. Assurément, n’étant employé que pour une certaine période, les entreprises n’ont pas à lui verser d’indemnités de licenciement ou de départ. 

  • Expérience : les managers de transition sont des experts dans leur domaine avec un haut niveau d’expertise et de compétence professionnelle.
  • Orientation vers les objectifs : chaque tâche est exécutée en gardant un œil sur les objectifs et les résultats.
  • Objectivité : avec une expertise extérieure, les situations et les projets peuvent être évalués de manière beaucoup plus impartiale. Les mesures nécessaires peuvent être mises en œuvre de manière ciblée et sans entraves.
  • Coûts contrôlés : La mission est limitée dans le temps. Il n’y a pas d’indemnité de départ, pas de frais d’assurance maladie, de vacances et d’assurance pension.

Pourquoi faire appel à un manager de transition ?

Jean-Marc Plutau stipule qu’un manager de transition ne travaille dans une entreprise que pendant une certaine période.  Il est souvent sollicité lorsque les capacités d’une entreprise sont insuffisantes ou lorsque des connaissances spécialisées sont requises pour un sujet spécifique. Par ailleurs, il est à noter que même les entreprises en crise et qui ont besoin d’une aide extérieure pour réorganiser leurs finances et leurs structures, peuvent faire appel à des managers de transition.  

En plus de ses compétences professionnelles, un manager de transition possède de solides qualités de leadership.  Le fait est que les managers de transition interviennent communément dans des situations exceptionnelles qui nécessitent une action immédiate. Il peut s’agir du règlement d’une crise inattendue, ou de la prise en charge de tâches de restructuration et de réorganisation dans des entreprises en situation de déséquilibre économique.

En plus de ces domaines d’application classiques, ils sont souvent appelés à gérer et à mettre en œuvre des projets complexes. Le domaine de responsabilité englobe tous les domaines fonctionnels d’une entreprise tels que la création de nouvelles unités commerciales, le développement de nouveaux segments de marché ou l’optimisation de la production.

Les qualifications que les managers de transition doivent posséder 

Le travail dans le management de transition concerne principalement des tâches spécialisées qui sont effectuées par un chef de projet externe. Ces experts, appelés ‘’intérim managers’’, sont sollicités quand les capacités de l’entreprise sont insuffisantes, que ce soit en termes de savoir-faire ou de personnel qualifié.

Jean Marc Plutau affirme que les managers de transition surmontent généralement de nombreux défis entrepreneuriaux dans leurs carrières et obtiennent des résultats souvent optimaux. La capacité de résoudre des tâches complexes rapidement et de manière orientée vers les objectifs est tout aussi importante que l’expertise fonctionnelle et industrielle éprouvée. 

Pour les tâches internationales, le manager de transition doit avoir une connaissance spécifique du marché en question, une compétence interculturelle et des réseaux fonctionnels ainsi que certaines qualifications, telles que : 

  • La perspicacité : il doit être capable d’analyser les problèmes et de proposer des solutions adaptées dans un nouvel environnement et un délai relativement court. Cela inclut la prise de décision, mais aussi les résultats et l’orientation temporelle.
  • La flexibilité : il doit être préparé à s’adapter pour s’impliquer dans un nouveau projet ou un nouveau secteur d’activité.
  • La disponibilité : un manager de transition doit se préparer pour les heures supplémentaires. Des journées de 10 heures dans une semaine de 6 jours sont très récurrentes !
  • Une bonne présentation : un manager de transition est fort en auto-marketing. Il devrait très bien connaître ses compétences pour pouvoir se vendre en toute confiance et de manière convaincante.
  • Le savoir-faire pratique : en ce qui concerne la tâche ou le projet, le manager de transition doit démontrer un savoir-faire pratique des projets et des postes de direction.
  • Une compétence professionnelle et méthodique : le manager de transition peut adapter ses compétences professionnelles et méthodologiques avec souplesse et en fonction de la situation.
  • Une mentalité pratique et des compétences sociales avérées : pragmatique et orienté vers les résultats, le manager de transition doit savoir intégrer les collaborateurs de manière intelligente dans sa façon de travailler sans négliger l’objectif clair de la tâche. 
  • Communication : un manager de transition ne peut pas réussir sans être accepté par le personnel. Son expérience en gestion, ses compétences en communication et ses qualifications élevées lui permettent de gagner l’acceptation et la confiance des employés.

 

Pour Jean-Marc Plutau, compte tenu du fait que les managers de transition occupent souvent des fonctions au premier niveau de la direction ou assument l’entière responsabilité des résultats des projets, ils doivent également posséder une solide expérience de gestion en plus de connaissances spécialisées spécifiques – que ce soit dans les ventes, la production ou la finance. Une excellente connaissance du marché et de l’industrie est essentielle, en particulier dans les postes liés aux ventes ou dans la direction générale. 

Cependant, il est nécessaire de savoir que le recours à un manager de transition présente également quelques défis. En raison de l’engagement à court terme, il y a souvent un manque de connaissance approfondie. Avant de trouver ses repères, le manager ne connaît pas les structures internes d’information et de communication. Les employés peuvent également faire preuve de prudence, ce qui risque de se manifester sous la forme d’un manque de soutien et de collaboration. Il est donc impératif qu’il soit préparé et informé des éventuelles difficultés.

Laisser un commentaire