daniel moquet

Zoom sur l’entreprise Daniel Moquet à Nancy

Daniel Moquet peut être fier de la success-story de son entreprise familiale : après sa création en 1977, l’enseigne est aujourd’hui devenue le leader de l’aménagement paysagiste des allées extérieures. De plus en plus de franchisés rejoignent « Daniel Moquet Signe Vos Allées », en France mais aussi à l’étranger ! Nous vous proposons de découvrir dans cet article l’entreprise Daniel Moquet à Nancy.

Le parcours d’un paysagiste passionné

Parmi les franchisés de Daniel Moquet, on retrouve Jean-Maxime Huet, installé à Nancy. Comme bon nombre de ses confrères, il a été séduit par la renommée de l’enseigne, son positionnement sur le marché ainsi que son côté familial.

Après avoir débuté sa carrière en tant que paysagiste en Allemagne, ce titulaire d’un Brevet Technicien Paysagiste et d’un BTS Technico-commercial, a été technico-commercial  puis responsable régional chez un fournisseur d’espaces verts pour paysagistes.

C’est après avoir constitué une équipe composée de sa femme, de quatre ouvriers paysagistes minéral et deux apprentis que Jean-Maxime a ensuite décidé de devenir franchisé Daniel Moquet. Avis aux amateurs !

L’aventure des franchisés « Daniel Moquet Signe Vos Allées »

Rejoindre le réseau « Daniel Moquet Signe Vos Allées » permet de profiter de la notoriété et de l’image nationale, et internationale, forte de l’enseigne. Daniel Moquet est effet reconnu pour la qualité et la spécificité de ses produits exclusifs et innovants qui lui permettent de se démarquer de manière notable de la concurrence et de répondre aux enjeux environnementaux.

Jean-Maxime Huet a bénéficié du système d’accompagnement et de formation du réseau de franchisés Daniel Moquet. Cela lui a permis de devenir entrepreneur tout en profitant d’une structure établie et qualifiée dans son domaine d’activité. Fort de son expérience, il encourage vivement à rejoindre l’aventure Daniel Moquet pour selon que la personne aime relever les challenges ! Le secteur est en effet en plein essor : malgré la crise, l’entreprise a atteint un taux de transformation de devis de 50% après le premier confinement  et une hausse d’activité de 30% par rapport à la même période de l’année précédente.

Laisser un commentaire