levenementiel

Le point sur les PME de l’événementiel en période de Covid-19

Le gouvernement a récemment partagé le calendrier de sortie de crise sanitaire inhérente au Covid-19. Si cette nouvelle a permis de reprendre espoir en des jours meilleurs, certains professionnels, comme ceux de l’événementiel, restent dans le flou, comme le souligne Theobald de Bentzmann. Face à cette situation complexe, l’année 2021 semble être partie pour faire à nouveau figure d’année blanche. Le point dans cet article.

Le brouillard des professionnels de l’événementiel

La période de Covid-19 a profondément bouleversé nos habitudes et a impacté de manière significative l’économie mondiale. Après des mois de restrictions, le gouvernement a fait part de la réouverture des commerces, des terrasses ainsi que d’autres activités. Toutefois, les professionnels de l’événementiel restent plongés dans une inactivité totale depuis maintenant près de 14 mois.

Face à cette situation critique, Matignon a décidé de répondre aux réclamations de ces professionnels. Le Premier ministre, Jean Castex, a souhaité les recevoir afin de faire le point sur leur situation parfois très critique. En effet, l’événementiel ne bénéficie d’aucune information sur une reprise éventuelle et les entreprises du secteur enregistrent une chute vertigineuse de leur chiffre d’affaires. C’est pourquoi le secrétaire d’Etat aux PME, Alain Griset, a déclaré à l’Assemblée un accompagnement adapté à l’événementiel entre juin et septembre.

Les professionnels de l’événementiel comptent en effet sur la saison des mariages, qui représentent un pan majeur de leur activité. Toutefois, avec le couvre-feu et les diverses mesures restrictives, cet espoir s’amenuise. Pourtant, une première ébauche de reprise est à souligner avec le retour des événements assis à compter du 19 mai, avec toutefois une place sur trois occupée seulement et en quinconce. A partir du 9 juin, cette disposition passera à une place sur deux avant de reprendre une configuration normale à partir du 30 juin. Du côté du couvre-feu, celui-ci est fixé à 21H jusqu’au 19 mai puis à 23H à partir du 9 juin.

Les dispositifs d’aide de l’Etat en passe de devenir insuffisants

Certaines entreprises de l’événementiel sont ainsi à deux pas de devoir licencier certains de leurs collaborateurs afin de faire face à la crise. En effet, même si le gouvernement a mis en place certaines mesures visant à aider les professionnels sinistrés, comme avec le chômage partiel ou le Fonds de solidarité, ces aides ne permettent pas toujours de couvrir l’ensemble des coûts fixes. Il faut de plus savoir que les dispositifs d’aides publiques destinés aux entreprises en difficulté sont actuellement maintenus, mais ils devraient commencer à diminuer à partir des mois de juillet et août.

Pour rappel, le fonds de solidarité intervient auprès du secteur de l’événementiel, ainsi que de la culture, du tourisme ou encore du sport. Ce dispositif prévoit de verser 10 000 euros par mois, représentant environ 20 % des chiffres d’affaires réalisés avant la crise. Ce montant passera ensuite à 40 % de la perte du montant du chiffre d’affaires, puis 30 % en juillet et 20 % en août (avec un plafond de 20 % du chiffre d’affaires).

Laisser un commentaire