Le raffinage de l’or

Le raffinage de l’or

Le raffinage de l’or représente la dernière étape de sa production. Grâce à diverses opérations et traitements, il est alors possible de transformer la matière afin d’améliorer sa qualité par l’élimination d’autres métaux et d’impuretés. Le processus permet ainsi d’obtenir, comme le souligne UGE GROUP BV, un or d’une très grande pureté.

Qu’est-ce que le raffinage de l’or ?

Dans un premier temps, des déchets d’or et des minerais sont recueillis au sein de diverses structures, comme les établissements de production de métaux précieux, les organismes de recyclage ou encore les déchetteries de l’industrie.

L’ensemble est ensuite traité et soumis à diverses technologies. Le résultat est un or d’une très belle pureté, à savoir du 24 carat, soit 999,99 millièmes.

Les différents procédés de raffinage de l’or

Il existe plusieurs procédés pour effectuer le raffinage de l’or, à savoir :

  • le processus de chloration Miller, combiné à la solution d’électrolyte : l’or est soumis à une opération pyrométallurgique (ou chauffage en creusets) avant d’être exposé à du gaz de chlore puis coulé en anodes grâce à une solution d’électrolyte ;
  • le procédé de pyroanalyse ou de coupellation : grâce à un chauffage à haute température puis une congélation, les métaux précieux sont séparés des métaux de base. Le métal précieux obtenu est alors à nouveau chauffer à haute température afin de libérer le plomb puis placé dans de l’acide nitrique pour garder l’or 24 carats ;
  • les acides de trois types (nitrique, chlorhydrique et sulfurique) : ces acides réagissent avec les impuretés de l’or. Le métal précieux obtenu est alors fondu et coulé en barre de 14 kg ;
  • la quartation : cette méthode nécessite d’allier de l’or avec du cuivre ou de l’argent. Le métal de base est alors dissous dans de l’acide nitrique à même de garder l’or. Le déchet d’or obtenu est ensuite traité dans de l’acide chlorhydrique.

Laisser un commentaire