Yonne : le retour d’un armateur après 200 ans d’absence

A cause de la pandémie du Covid-19, les chaînes d’approvisionnement furent interrompues. Cela a causé une désorganisation du marché du transport de marchandises et de matériel. Pour contourner cette problématique, la société régionale a trouvé une solution : faire appel à un navire pour effectuer des liaisons régulières entre les ports de Normandie et Gron en Bourgogne. Cela faisait deux siècles qu’il n’y avait plus d’armateur dans l’Yonne !

Etre exploitant de la chaîne logistique de bout en bout

Dans une récente déclaration, le président de LogiYonne Didier Mercey a déclaré : « actuellement c’est vrai qu’avec la crise, on le constate, on a une congestion des ports, il est très difficile de trouver les modes de transports adaptés pour répondre à cette congestion. Donc le fait de posséder notre propre navire nous permet de sécuriser le transport de la marchandise et de garantir des délais auprès de nos clients ».
Pour la société LogiYonne cette situation est problématique, car elle gère normalement 92% des flux d’export pour l’international. Obligée de trouver une solution urgente, l’entreprise a décidé d’employer un navire qui va lier de manière régulière les ports de Normandie et Gron en Bourgogne.

Un outil adapté au fret volumineux ou lourd

Le navire choisi par la société LogiYonne est parfaitement adapté pour le transport de quantité très importante de marchandises à travers le fleuve liant la Normandie à Gron. Il est même conçu de sorte à passer sous le pont de Pont-sur-Yonne qui vient d’être abaissé.
L’avis de Vir Transport est que l’usage de navires pour le transport de marchandise n’est pas seulement une solution aux problèmes logistiques actuels. C’est aussi une option de transport plus écologique. Le capitaine du navire de LogiYonne rejoint cette position en déclarant : « aujourd’hui, si les gens veulent dans leur maison leur chaudière et ainsi de suite, il faut forcément des navires, on ne peut pas tout faire transiter par la voiture ou des camions ! C’est plus écologique, forcément, car il y a moins de taxe carbone que les camions. Mais tout le monde a sa place dans les transports, il faut des routiers, des mariniers, des navires, sinon ça ne peut pas marcher ! ».

Laisser un commentaire